Retrouvez les thèmes clés:

Enseignement du féminin sacré en pays cathare

Quéribus, château de Quéribus. Je me souviens de cette visite magique il y a déjà quelques années. Arrivée au château nous étions 5 dans mon souvenir à avoir rendez-vous ensemble, quelques-uns chamanes et d’autres apprentis chamanes réunis dans un même voyage. Nous avions répondu au même appel intérieur. Dès l’arrivée la vue est envoûtante.

Le chemin à pied à parcourir embaumait les épices orientales qui ne se cultivent pourtant pas sur ces pitons rocheux, c’était déjà troublant. L’odeur allait jusqu’à être entêtante. Je me sentais transportée dans un autre temps historique. J’étais déjà venue il y a bien bien longtemps, j’en suis certaine. Toutes mes cellules pétillaient déjà sur le sentier pour monter vers le château.

Rencontre avec une prêtresse cathare à Quéribus

Arrivée dans le hall, elle m’attendait. Je l’ai tout de suite vue et suivie.
Je me suis installée assise, détachée du monde ordinaire, fascinée et joyeuse dans mon cœur avec cette femme simple, belle et magnifique. Cet être-esprit me tenait la main, là, sur les marches-estrade, sereine pour que j’entende ce qu’elle souhaitait me transmettre.

Cette femme Cathare et toute sa connaissance, son incarnation, sa transmission sur le féminin sacré éveillait en moi une beauté et une joie nouvelle.
Et je revis tout de suite la présence de ces informations du féminin sacré sur les cartes des anciens tarots de Marseille, les images défilaient, les informations sur l’intemporalité de la connaissance tant chez les druidesses que chez les prêtresses Cathares.

Vint ensuite plus posée l’explication des tenues vestimentaires des femmes.
Leurs robes bleues qui effleuraient le sol, majestueuses, leurs manches longues évasées comme pour laisser entrer la lumière par les mains connectées au cœur. Le buste ajusté quelle que soit leur taille, la poitrine maintenue et un décolleté rayonnant sur le centre énergétique du cœur.
Incroyable, quelle évidence ! Quelle noble féminité ! Quel sens du sacré énergétique ! Quelle joie partagée assises là, ensemble, souriantes, amusées, détachées du temps sur ces marches comme des estrades d’amphithéâtre, dans ce château majestueux.
Je recevais ainsi la suite de la transmission des rituels féminins reçus quelques jours plus tôt de Marie-Madeleine au Mont Cardoux.

Je ne résiste pas à la joie de vous les partager.

Rituel du nettoyage du corps éthérique au thym sauvage transmis par Marie-Madeleine

Quand vous êtes dans la nature, il y a souvent du thym sauvage.
Centrez-vous sur votre cœur, demandez aux plantes qui vous entourent de révéler leurs parfums.
Frottez en douceur vos mains dans les fleurs de thym pour ce rituel de Marie-Madeleine.
Cueillez ou plutôt laissez se détacher le bout des fleurs sauvages en les effleurant de vos deux mains comme une coupe sacrée peut recevoir une offrande pleine de senteurs.
Mettez les mains, emplies des fleurs, au-dessus de votre tête en signe de gratitude au divin féminin, frottez délicatement les mains en les écartant pour laisser descendre et se diffuser sur vous ce parfum divin féminin. Accompagnez cette diffusion tout le long de votre corps, en douceur.
Laissez cette énergie des plantes anciennes, libre et sauvages, nettoyer de leurs parfum tout votre corps éthérique, comme une douche, un rituel sacré qui vous régénère dans toutes vos dimensions d’être.
Le Thym nous fait ce cadeau, cette grâce d’exister à l’état sauvage en ayant gardé la mémoire de ses échanges avec Marie-Madeleine jusqu’au plus profond de sa structure végétale.

De la prêtresse cathare à la druidesse celte

Pour en revenir à Quéribus, cette rencontre a été une grande grâce où tout le message que j’ai reçu de cette prêtresse s’est révélé au fur et à mesure des jours consécutifs à ce voyage. Quelques jours plus tard je faisais route vers la Bretagne chez ma fille.

La première boutique d’art Celtique où j’entre à Rennes, je reste estomaquée devant un présentoir de cartes postales. Là-devant moi la représentation porte exactement la même robe que la prêtresse Cathare rencontrée quelques jours auparavant à Quéribus. Des centaines de kilomètres séparent ces deux régions, cela me semble impossible, j’ose à peine approcher et prendre la carte.
La légende dit : « représentation de la dame du lac, la fée Viviane dans l’iconographie celtique ».
J’entends encore les mots résonner, prêtresse cathare, druidesse celte, nous sommes les mêmes. Et si nous étions toujours les mêmes, ces femmes, nos vraies sœurs dans les couloirs du temps en écho pour certaines d’entre nous.

À l’heure ou je retranscris ces mots, je prends conscience de l’amplitude de cette vie de grand-mère chamane.
Cette richesse d’accompagnement pour vous guider, témoigner, vous accompagner dans votre vie jusque dans les événements exceptionnels, ces cérémonies sacrées où, en tant qu’officiant de cérémonie laïque je vous accompagne.

Dans ce château de Quéribus l’expérience a été bien plus riche.
Mais ce sera un autre récit …

Isabellesoleil Girard Chamane